AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Drama Queen a encore frappé! Retrouvez son cinéma : ici

On a besoin d'Angel!! Pour les aider à bien s'intégrer, 50 Reds sont offerts à la validation d'un scénario d'angel

Venez jeter un œil à nos postes vacants et nos pouvoirs prêts à l'emploi.

C'est au tour de Anya Lupin dans le sujet commun!

Partagez|

Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux - Edwina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Modérateur koala & designer

avatar


Messages : 1670
Reds : 585
Date d'inscription : 19/12/2016
Pseudo : KoalaVolant
Avatar : Dane Dehaan
Petite photo :

Crédit : KoalaVolant
DC : /
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Etudes de médecine / Combattant de rue (illégalement)
Age du personnage : 20 ans


MessageSujet: Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux - Edwina 25.04.17 15:58

Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux

Loin des cris de la plage où s'ébattent joyeux, les enfants dérisoires, les crétins boutonneux,
les lecteurs de France Soir ou les chiens dangereux.


Ce jour là, il faisait beau. Rien de bien surprenant. Surtout pas à San Diego, où le climat s'apparentait à du bon temps perpétuel, et où la pluie était signe de crise de panique sur les routes.
Je ne pouvais pas tant m'en plaindre : j'avais toujours vécu là, je n'avais pas connu autre chose, et je savais que sûrement que mis à part quelques voyages dans d'autres pays avec mes parents, je ne vivrais pas ailleurs, je ne verrais pas autre chose. Et je m'en contentais très bien : San Diego était assez grand pour s'y plaire et pour ne manquer de rien.
J'aurais peut-être juste aimé connaître la campagne. Ce qui pouvait être une sortie à faire : aller se promener en campagne et découvrir le monde.

Mais là, je me contentais de la plage. Je venais là parfois, pour mes joggings. La course à pieds me maintenait en forme en plus de me maintenir ma force.
J'aimais aussi profiter du paysage.
Mais là, je ne courrais plus, vu que je comptais bien rentrer chez moi. J'avais pris l'habitude de rentrer à pied. Les transports en commun me faisaient inutilement paniquer. Alors valait mieux que je reste les pieds sur Terre. Sinon, je pouvais toujours me payer une voiture, mais mes économies ne me le permettaient certainement pas.
Après, j'avouais que si je me payais moins d'uredium et plus de vide, j'aurais pu peut-être en avoir les moyens, juste en grattant un peu l'argent de mes parents. Mais tant pis.

Toujours est-il, donc, que je marchais sur la plage. Tranquillement, me baladant, pieds nus - j'avais mes chaussures dans mon sac -. Je profitais de la chaleur encore persistante de cette fin d'après midi, le sourire aux lèvres, et l'esprit pourtant encombré d'idées sombres, qui de toute façon, ne me lâcheraient certainement jamais.
C'est donc dans ce contexte là, que je m'aperçu d'une personne apparemment prise dans une activité particulière : la photographie.
J'avais déjà un ami qui faisait ça, Matthew. Oh, ça ne voulait pas dire que j'y connaissait grand chose en la matière, juste que je savais que les photographes étaient des gens avec une vue propre, et que c'était assez sympathique de discuter avec eux.

C'est peut-être ça qui me poussa à m'approcher de cette blonde, avec un léger sourire. J'espérais ne pas l'effrayer ou quelque chose du même genre. Cela aurait été trop dommage que son appareil tombe à l'eau.
Enfin, j'attendis qu'elle termine ses clichés, pour dire doucement :

- Alors, la vue est belle ?

Je voyais tous les artistes comme des "créatures" uniques, avec leur propre fonctionnement de pensée, ce qui, n'avait de cesse de me plaire, au fond.
Je regardais en même temps, la "bestiole" qui la suivait. Un chien. Pas que j'avais une affinité particulière avec les bêtes, juste que j'aimais bien ça, sans jamais avoir eut autre chose que Snoopy, l'ancien chien d'Abigail, mort quand j'avais douze ans.
Je caressais doucement l'animal avec un petit sourire, gardant mes oreilles attentives à toutes paroles de sa maitresse.

_________________

Watch me up and let me die


I'd like to change my point of view. I'm feel so lonely, I'm waiting for you but nothing ever happens and I wonder. I wonder how. I wonder why. Yesterday you told me 'bout the blue blue sky, and all that I can see, it's just a yellow lemon tree.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pisrale.tumblr.com/ En ligne

avatar


Messages : 318
Reds : 124
Date d'inscription : 27/03/2017
Pseudo : Storiesmania
Age : 18
Avatar : Dianna Agron
Petite photo : Mon frère et moi

Crédit : Pinterest
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Photographe
Age du personnage : 30 ans


MessageSujet: Re: Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux - Edwina 17.05.17 19:07

Ce matin, il fait un temps magnifique, comme souvent à San Diego. J'ai une soudaine envie de sortir de la maison, comme ça, en pyjama...
"Voyons Edwina, qu'est-ce qu'il se passe ? Ça va pas bien dans ta tête ? Tu ne peut pas sortir habillée de la sorte !"
" Je sais frérot, je sais. C'était juste une idée comme ça."
" C'est toi qui est aux commandes aujourd'hui, mais n'en profite pas pour faire des choses idiotes."
" C'est bon Edward, j'ai compris. De quoi as-tu envie pour le petit déjeuner ?"
" J'aimerai beaucoup des pancakes à la myrtille avec du sirop d'érable."
" Pas de soucis frangin, je m'habille et on descend à la cuisine"
J'ai joint le geste à la parole, mon frère pendant ce temps, se tapie dans un coin, pour ne pas avoir l'impression d'être un voyeur, et une fois que je suis prête, je descend à la cuisine. Je sort les ingrédients et mes ustensiles de cuisines sous les yeux attentifs de Night. C'est ma chienne, elle adore les fruits, et puis comme tous les animaux, elle est attirée par les bonnes odeurs de nourriture. Le petit déjeuner prend du temps à être parfaitement cuit, mais au final, il s'avère être délicieux. Mon frère me le fait souvent remarquer, il pense que j'ai manqué ma vocation en choisissant le métier de photographe plutôt que celui de cuisinière. Cependant, c'est un hobby, pas une passion dont j'aurai voulu faire un métier, de plus, je n'aime pas suivre les ordres, j'aurai eu quelques problèmes à gravir les échelons sans m'attirer des ennuis.

Bon, il est l'heure d'aller prendre les clichés que l'on m'a commandé, il est encore très tôt, mais c'est maintenant que je sais que je serait la plus prompte à réaliser de beaux clichés. En plus, il est l'heure de la promenade matinale de ma chère Night. Je vais vite chercher mon matériel, je range le tout dans un sac à dos en compagnie de mon déjeuner. Lorsque je sort pour travailler, il m'arrive parfois de perdre la notion du temps, alors, je part à toute éventualité. J'accroche la laisse au collier de mon chien et après avoir fermé ma demeure à clef, nous prenons le chemin qui nous conduiras jusqu'à la plage où je libérerait Night afin qu'elle puisse courir et nager à son aise. Une fois arrivés à destination, il est déjà un peu plus tard dans la matinée mais le soleil n'était pas encore très haut dans le ciel. Je détache mon chien, marche un peu le long de la mer, mes pieds nus dans le sable chaud. Je plonge mes yeux dans l'étendue bleue aux reflets orangés, illuminés par de petits rayons de soleil, faisant briller l'eau comme s'il s'était agit d'un diamant géant. Cette vue est tout bonnement à couper le souffle, je dépose mon sac sur le sable sec derrière moi, dépose mes chaussures juste à côté puis je sort mon appareil photo. Je prend de nombreux clichés, en voyant parfois mon chien remuer ses pattes dans l'eau claire. Je croit que j'ai bien fait d'amener une serviette pour la sécher, pour l'instant, je la laisse jouer tranquillement. Elle finit par me tirer de ma concentration en venant me gratter doucement la jambe. Je regarde ma montre et je constate qu'il est midi passé, j'avais mis les pieds dans l'eau jusqu'aux chevilles, j'en sort donc et je vais m'installer à l'une des tables de pique-nique installée plus loin. Je sort le repas de midi, j'ai même prévu celui de mon chien, elle en est bien contente et mange avec appétit.

Une fois notre repas avalé, ma chienne se couche dans le sable près de moi tandis que je passe encore beaucoup de temps à prendre mes derniers clichés. Au bout d'un moment, je la voit dresser les oreilles, j'imagine que cela signifie qu'il y a quelqu'un pas loin. Je tourne légèrement la tête et aperçoit un jeune homme, il m'a l'air sympathique, il semble attendre que je finisse mon travail pour m'adresser la parole.
"Enfin quelqu'un qui sait ce comporter avec une femme, pense mon frère."
"Oh tais toi Edward !"
" Oui, ça va c'est bon..."
Mon frère va bouder dans un coin de mon esprit et une fois que mes clichés son finit, je range mon appareil et répond à la question de l'inconnu:
- C'est une très belle vue en effet. Ma chienne à l'air de vous apprécier, elle n'est pas du genre à se laisser approcher facilement.
Je me penche vers ma chienne pour la caresser, puis j'interroge le jeune homme à mon tour:
- Vous venez souvent ici ? Je ne vous ai jamais vu avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur koala & designer

avatar


Messages : 1670
Reds : 585
Date d'inscription : 19/12/2016
Pseudo : KoalaVolant
Avatar : Dane Dehaan
Petite photo :

Crédit : KoalaVolant
DC : /
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Etudes de médecine / Combattant de rue (illégalement)
Age du personnage : 20 ans


MessageSujet: Re: Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux - Edwina 20.05.17 23:07

Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux

Loin des cris de la plage où s'ébattent joyeux, les enfants dérisoires, les crétins boutonneux,
les lecteurs de France Soir ou les chiens dangereux.


Je ne sais pas s'il est normal qu'un chien m'apprécie, mais aux paroles de cette femme, j'imagine que je peux m'en sentir flatté. Je souris à l'animal, qui semble sage, à rester ainsi près de sa maîtresse.
De fait, à la question de la jeune femme, j'eus un sourire, supposant que elle, elle venait souvent ici. Moi non. Pas tant. Mais San Diego était grand. Très grand même. Croiser des personnes qu'on connaissait, dans un environnement non habituel à ça, c'était presque rare.
Au moins, cela m'évitait de croiser mes parents quand je n'en avais pas envie.

Toujours est-il que je décidais de répondre à sa question, en tendant doucement ma main vers l'animal pour qu'elle la sente, histoire de.

- Je ne viens pas si souvent que ça.

Je souriais :

- J'imagine que vous, si. Le panorama doit alors vraiment vous plaire.

Ce n'était qu'une remarque comme ça, anodine. Je caressais lentement la tête de la chienne à ses pieds :

- Elle a un nom ? Elle a l'air très sage et adorable.

Je souriais doucement, appréciant la présence des deux.

- Enfin....Je ne veux pas vous déranger, si vous désirez prendre d'autres photos...Je suppose que cela demande une certaine concentration.

_________________

Watch me up and let me die


I'd like to change my point of view. I'm feel so lonely, I'm waiting for you but nothing ever happens and I wonder. I wonder how. I wonder why. Yesterday you told me 'bout the blue blue sky, and all that I can see, it's just a yellow lemon tree.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pisrale.tumblr.com/ En ligne

avatar


Messages : 318
Reds : 124
Date d'inscription : 27/03/2017
Pseudo : Storiesmania
Age : 18
Avatar : Dianna Agron
Petite photo : Mon frère et moi

Crédit : Pinterest
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Photographe
Age du personnage : 30 ans


MessageSujet: Re: Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux - Edwina 09.06.17 21:46

Il tend la main à mon chien pour qu'elle le renifle, il a l'air plus à l'aise que certaines personnes avec les animaux, d'autre que lui se serait sauvé devant mon chien. Il ne vient pas souvent ici, dommage. En tout cas, cela explique bien le fait que je ne l'ai jamais vu auparavant. Il sous-entend, très justement d'ailleurs, que moi, je viens souvent ici. Je crois que je l'apprécie autant que semble le faire ma chienne. Il me demande son nom, puis parle un peu de son caractère et me demande, de manière détournée, s'il me dérange. Je lui souris et réponds en riant :
- Bien sûr qu'elle a un nom, les animaux méritent une identité comme tous les habitants de cette planète. Elle s'appelle Night, elle est très gentille, mais d'habitude, comme je vous l'ai dit tout à l'heure, elle n'est pas comme ça avec les inconnus. Vous ne me dérangez pas du tout, j'ai passé la matinée à prendre des clichés ici. Je n'ai pas besoin de prendre davantage de clichés, même si cela demande en effet une certaine concentration.
Je me baisse pour caresser ma chienne, puis je range mon appareil photo dans mon sac et je dis au jeune homme :
- Comme vous l'avez si justement dit, je viens ici très souvent. Je suis vraiment ravie de rencontrer des gens, et puis Night adore venir. Son passe-temps favori consiste à sauter dans l'écume et tenter d'attraper des poissons. La plupart du temps, ils sont plus rapides qu'elle et elle se retrouve immergée dans l'eau. Heureusement, elle a assez d'intelligence et de capacité pour rejoindre la rive.
Je ris au souvenir de ce début d'après-midi où elle avait éclaboussé une dame occupée à bronzer lorsqu'elle s'est jetée à cœur joie dans l'eau. C'était à mourir de rire de voire cette femme qui me semblait peu aimable, s'éloigner en pestant, complétement trempée. Je reprends mon souffle, puis je continue en posant une question à mon interlocuteur :
- Alors, si vous n'avez rien à faire dans l'immédiat, souhaitez-vous prendre un peu de temps pour discuter avec moi ?
Ma chienne lance un regard implorant au jeune homme, je crois qu'elle a parfaitement saisi que j'avais besoin de parler un peu avec un autre être humain. Elle ferait tout pour le convaincre de rester, quitte à le mordre. Je ne la laisserais bien entendu pas faire une telle chose. Bref out ça pour dire qu'elle aussi apprécie la compagnie de ce jeune homme qui me paraît très sympathique. Cela me rappelle que je l'ai invité à rester discuter avec moi, mais je ne me suis pas présenté.
- Pour faciliter un peu les choses, si vous accepter de rester papoter avec moi, je me présente: Edwina Dester. Heureuse de vous rencontrer. Quel est votre nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur koala & designer

avatar


Messages : 1670
Reds : 585
Date d'inscription : 19/12/2016
Pseudo : KoalaVolant
Avatar : Dane Dehaan
Petite photo :

Crédit : KoalaVolant
DC : /
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Etudes de médecine / Combattant de rue (illégalement)
Age du personnage : 20 ans


MessageSujet: Re: Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux - Edwina 15.06.17 19:31

Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux

Loin des cris de la plage où s'ébattent joyeux, les enfants dérisoires, les crétins boutonneux,
les lecteurs de France Soir ou les chiens dangereux.


En fait en un sens, c’était vrai que la question « est ce que l’animal a un nom » est un peu bête. Cela semble tellement logique qu’il en ait un s’il est domestiqué qu’en soit c’est idiot de demander. Mais j’avais posé la question. Parce que c’est une expression qui existait.
De fait, j’appris donc que la chienne se nommait Night, et je ne pu à nouveau m’empêcher d’être un peu content d’avoir l’affection au moins d’un chien.
Je trouvais ça plaisant que la jeune femme aime venir ici pour faire des rencontres, et aussi parce que son animal aimait y venir. J’eus un léger sourire quand elle expliqua ce que la chienne faisait, et songeait au fait que de toute façon les chiens savaient tout de même nager.

- Je n’ai rien à faire du tout, donc ça sera avec plaisir, avais-je fini par dire quand la demoiselle blonde me proposa de discuter avec elle.

Je la laissait aussi se présenter, avant de me présenter moi-même :

- Lysander Nash, enchanté de même.

Je regardais la chienne qui semblait en effet, bien gentille, je mourrais d’envie de jouer avec et de la caresser, mais j’imaginais que je pouvais un minimum me retenir, n’ayant fait connaissance avec sa maîtresse qu’à l’instant.

- Et je ne passe pas mon temps à prendre des photos mais à étudier la médecine.

Je tâchais de rester dans le sujet. Je savais que de toute façon, tenir une conversation n’avait pas non plus grand-chose de difficile.

- Ceci dit, j’ai un ami qui prend aussi des photos, donc cela m’amuse de rencontrer quelqu’un de similaire

_________________

Watch me up and let me die


I'd like to change my point of view. I'm feel so lonely, I'm waiting for you but nothing ever happens and I wonder. I wonder how. I wonder why. Yesterday you told me 'bout the blue blue sky, and all that I can see, it's just a yellow lemon tree.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pisrale.tumblr.com/ En ligne

avatar


Messages : 318
Reds : 124
Date d'inscription : 27/03/2017
Pseudo : Storiesmania
Age : 18
Avatar : Dianna Agron
Petite photo : Mon frère et moi

Crédit : Pinterest
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Photographe
Age du personnage : 30 ans


MessageSujet: Re: Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux - Edwina 20.06.17 15:32

Je m'écarte un peu de l'eau, en compagnie de ma chienne. Le jeune homme accepte de rester un peu avec moi pour discuter, puis il se présente. Il s'appelle Lysander, et il fait des études de médecine. Ce sont des études très intéressantes, et son prénom... Je n'avais jamais entendu ce nom-là avant, je le trouve très joli et je ne peux pas m'empêcher de le signaler à mon interlocuteur, une fois qu'il a fini de parler :
- Vous avez un très beau prénom Lysander. Je trouve que cela sonne très bien. Si je n'étais pas aussi passionnée par la photographie, je pense que j'aurai entrepris des études de vétérinaires.
Il a l'air d'avoir envie de caresser ma chienne, je pense qu'il n'ose pas le faire après tout, il vient de me rencontrer. Puis je réagis au sujet de ce qu'il a dit sur son ami qui fait le même boulot que moi, et je lui dis:
- Vous avez un ami qui fait de même ? Si cela se trouve, nous avons un ami en commun.
En attendant qu'il me réponde, j'observe les alentours, pour trouver un endroit confortable où s'installer pour discuter à l'aise. Je finis par apercevoir une table de pique-nique installée à l'ombre. Oui, nous serons bien là-bas.
- On sera plus à l'aise assis pour discuter, mais je n'ai pas vraiment envie de m'asseoir sur le sable. J'ai passé presque toute ma journée debout. Accepteriez-vous que l'on s'installe là-bas ?
Je lui désigne la table, et avant que le jeune homme ne puisse réagir, mon chien s'est précipité à cet endroit.
- Bon bah, je crois que ma chienne à décider à notre place. Cela vous convient-il ?
Je lui souris, un peu gênée par l'attitude de ma chienne, elle a réagi par instinct en obéissant à mon geste sans pour autant que je lui donne l'ordre de se placer là-bas. Le temps qu'il me réponde, je sens le vent qui se lève, faisant flotter mes cheveux et m'envoyant du sable dans les yeux. Je fais barrage avec ma main pour le moment, en la mettant comme la visière d'une casquette, mais cela ne durera pas très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux - Edwina

Revenir en haut Aller en bas
Allongés sous les vagues, le soleil dans les yeux - Edwina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» me noyer ? plutôt dans tes yeux qu'ici... [ A ]
» Des flammes dans les yeux [PV : Darth Mortuus]
» Les étoiles dans tes yeux danseront ce soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Redioactif :: San Diego :: San Diego Bay :: Plage-