AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Retrouvez nous sur Facebook et restez informé de tous les potins et actualités!

Fin de l'intrigue sur les fantômes à prendre en compte: ici

Besoin d'aide pour créer votre personnage? Des questions sur l'univers? D'autres questions? Posez là ICI!

Fana de shopping, c'est pour vous! Redioactif sort sa nouvelle gamme de produits révolutionnaires: les Bombes d'Uredium Sélectives (BUS)

Partagez|

L'art de se fourrer dans les ennuis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


Messages : 362
Reds : 160
Date d'inscription : 27/03/2017
Pseudo : Storiesmania
Age : 19
Avatar : Dianna Agron
Petite photo : Mon frère et moi

Crédit : Pinterest
DC : Peter McCandless
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Photographe
Age du personnage : 30 ans


MessageSujet: L'art de se fourrer dans les ennuis. 23.05.17 17:18

Aujourd'hui, je me sentait d'une humeur particulièrement joyeuse en me levant, c'est donc en chantonnant que j'ai quitté la chaleur de mes draps pour aller m'habiller. Je suis descendue préparer mon petit déjeuner, ma chienne m'a fait la fête comme tous les matins et j'ai confectionné mon omelette puis fait cuire mon bacon avec soin. Une fois tout ceci avalé, je prépare mes affaires pour partir en balade dans le centre ville puis je quitte ma maison après l'avoir fermée à clef. Je prend le bus pour me rendre dans le centre, et je laisse mes pas m'emmener au hasard des rues et des magasins. Je m'arrête lorsque je voit quelque chose qui attire mon regard d'artiste, par exemple un animal errant ou un nuage doté d'une drôle de forme, ou encore, une jolie robe de l'autre côté d'une vitrine. Malheureusement, je croit qu'aujourd'hui mes pieds on un petit peu perdu leur lien avec la réalité et mon cerveau car ils m'ont entraînés dans l'un des endroits les plus malfamé de ma si jolie ville. Je finit par me retrouver dans un endroit de la ville où je ne suis jamais allée, dépourvue de repères je me suis enfoncée sans le vouloir dans des lieux très dangereux pour finalement être bloquée dans une ruelle sombre et puante.

Je tente de retrouver mon chemin en faisant marche arrière, mais quelqu'un m'attrape par le bras. Cette personne n'a pas l'air très amicale et elle sent l'alcool à plein nez. Il s'agit d'un homme qui me dépasse de presque deux têtes et il me plaque contre un mur avant de rameuter ses potes en gueulant:
- Par ici les gars ! Il y a de l'amusement dans le coin !
Pour mon plus grand désespoir des gars encore moins recommandables que le premier entrent dans mon champ de vision. Je tente de me dégager, mais sa forte poigne me maintient dans son emprise. C'est tout juste s'il ne me coupe pas la circulation du sang avec sa seule force. Je hurle de toute ma capacité pulmonaire mais un coup porté à mon estomac me coupe le souffle et m'envoie au sol. Je me fait plaquer au sol, et une main un peu velue me recouvre la bouche. Je le mort violemment et lui envoi un coup de pied dans les bijoux de famille. Il pousse un cris de fillette et je parvient à creuser un peu de distance avant de me faire rattraper. Ce gars me ramena dans un coin de la ruelle et commença à déchirer mes vêtements de ses mains. Oh non ... Pas ça ! Je ne peut retenir un hurlement de terreur suivit d'un appel à l'aide.

- AU SECOURS QUE QUELQU'UN ME VIENNE EN AIDE !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo

avatar


Messages : 1202
Reds : 312
Date d'inscription : 23/02/2017
Pseudo : Irriskina
Age : 19
Avatar : Raphaël Descraques
Petite photo :

DC : P'tite didille
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Eleveur de chats
Age du personnage : 25 ans


MessageSujet: Re: L'art de se fourrer dans les ennuis. 27.05.17 10:56

Jéremy
Bishop

Edwina
Dester

L'art de se fourrer dans les ennuis
Il n’y a rien qui me fait plus horreur que la routine. Cette espèce de boucle incessante de laquelle peu de monde arrive à s’extirper lorsqu’ils s’y engouffrent. C’est pour ça que, sans les avoir forcément prévues à l’avance, chacune de mes journées ont toujours étés différentes des autres.
La veille, j’avais passé l’intégralité de ma journée à jouer en ligne. J’avais réussi à bien avancer dans l’une de mes quêtes et j’étais donc allé me coucher vers 1h du matin seulement.
En plus de m’être couché bien plus tôt que normalement lors d’un de mes jours « geek », j’avais aussi dormis dans ma propre chambre, à l’étage, ce qui n’était pas arrivé depuis… depuis… Longtemps je dirais.
Bref, qui dit couché tôt dit réveil tôt, et à 8h j’étais déjà réveillé et en pleine forme. J’ai petit déjeuné avec mon frère Léo, qui m’a regardé avec des yeux ronds lorsqu’il m’a vu arriver.
_ Il y a eu un tremblement de terre pour que tu te réveilles aussi tôt ?!
_ Heu... Non, j’me suis juste couché tôt.
Nous nous sommes assis et nous avons mangé ce que notre bonne Charlotte nous servait en bavardant.
_ Tu as prévu quelque chose aujourd’hui ? Ou tu vas encore passer ta journée en bas ?
« En bas » c’était mon royaume, le sous-sol aménagé entièrement pour moi.
_ Nop. J’sais pas encore c’que j’vais faire… P’t-être sortir en ville.
_ Fais-moi plaisir grand frère, ne reviens pas encore avec des bosses et des bleus partout.
J’ai souri à mon bol de lait, sans lever la tête. Léo aimait particulièrement passer son temps à me reprocher ce que je faisais comme une mère à son enfant.
_ Tu m’connais frangin !
_ C’est bien ça le problème… Bon, il faut que j’y aille, on se voit plus tard ?
_ Ouais.
Il est parti, visiblement fière de m’avoir fait entendre raison. Mais il se trompait, ce ne pas sont pas ces mots-là qui allaient m’arrêter. Une belle journée comme ça, moi je voulais que personne ne soit agressé, que tout le monde puisse profiter de ce beau temps et de cette belle journée ! Bien sûr, les agressions sont toujours plus rares en pleine journée, mais elles ne sont pas inexistantes pour autant.
J’ai fini mes céréales en trois coups et suis allé me doucher. Un passage rapide pour nourrir les chats et voir si tout allait bien pour eux avant de quitter la maison familiale.
J’ai pris un taxi pour aller vers Down Town. C’est un choix tout à fait hasardeux, sans vrai réflexions derrière a part que je savais que, comme dans tous les autres quartiers, on y trouvait des ruelles escarpés.
Arrivé à destination, j’ai marché un moment, sans but précis. J’ai donné 30 $  et trois sandwichs à un homme qui faisait la manche, en espérant que cet argent ne lui serve pas à acheter clopes ou alcool puis j’ai continué ma route, ramassant le sac tombé d’une ville dame.
Je ne peux pas dire qu’il soit désagréable de n’avoir à sauver personne, cela voulait dire que personne n’était en dangers dans les parages. Mais j’ai tout de même décidé de m’enfoncer dans les ruelles plus sombres du quartier.
C’est là que j’ai entendu l’appel au secours. J’ai foncé directement vers l’endroit d’où provenait le hurlement tout un mangeant un de mes bonbons rédios.
C’était une jeune femme qui se trouvait dans une situation des plus horribles. L’homme avait déjà arraché son t-shirt alors que ces deux compagnons se marraient comme des porcs. J’ai voulu m’arrêter, pour me cacher et me servir uniquement de mes pouvoirs lorsque mon pied rencontra une poubelle. J’us tout juste le temps de supprimer la gravité pour une brique d’un peu moins de cinq kilos avant de me vautrer lourdement sur le sol.
Mon arrivée fracassent eu au moins le mérite de détourner l’attention des hommes. Pourtant, celui qui tenait la fille lança un « occupez-vous de lui » aux autres avant de tourner son horrible visage vers sa victime.
Deux hommes se sont avancés vers moi. Je n’ai pourtant pensé qu’à une chose, sauver la demoiselle. Alors, j’ai fait en sorte que la brique se trouve juste au-dessus de la tête de l’homme qui continuait à maintenir la jeune femme, puis j’ai fait réapparaitre la gravité pour l’objet qui tomba sur son crâne. Celui-ci tomba à la renverse, assommé.  
Hors d’eux, ces acolytes se précipitèrent sur moi et commencèrent à me frapper.

_________________











Je suis le visiteur de tous les mondes, je suis celui qui a des centaines de vie en une seul, je suis celui qui est mort mille fois mais qui as survécu, je suis sens limites.
Je suis un gameur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 362
Reds : 160
Date d'inscription : 27/03/2017
Pseudo : Storiesmania
Age : 19
Avatar : Dianna Agron
Petite photo : Mon frère et moi

Crédit : Pinterest
DC : Peter McCandless
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Photographe
Age du personnage : 30 ans


MessageSujet: Re: L'art de se fourrer dans les ennuis. 12.06.17 20:19

Je perdais l'espoir en même temps que le souffle, à force de crier comme une folle, lorsqu'un bruit à attirer l'attention de mes agresseurs. Je tourne la tête juste au moment où un type aux cheveux en pétard se vautre lamentablement sur le macadam. Ouille ! J'ai mal pour lui, malgré ma situation guère plus enviable que la sienne. Son arrivée fracassante à au moins l'avantage d'attirer l'attention sur lui des deux potes de celui qui me tient, qui jusqu'à présent se contentaient de rire. Il ne reste plus que le type qui a arraché mon t-shirt, je ne pouvais pas m'en sortir toute seule contre trois mecs, mais là, mon champ de possibilités vient d'augmenter. Les deux gars se sont approchés de mon sauveur, ce dernier à dû utiliser un redio, parce que sans qu'il ne fasse le moindre geste, une brique qui se trouvait, en train de flotter au dessus de mon agresseur, lui est soudain tombée dessus. Le type est tombé comme une masse, comme par miracle, il ne m'a pas écrasé. J'ai réussi à me libérer de son emprise, j'ai pris mon sac, enfilé mon t-shirt de rechange puis je me suis dirigée très énervée vers les gars qui s'apprêtaient à casser la gueule de mon sauveur. J'ai l'impression que la situation va s'inverser, d'ailleurs, c'est le moment que choisit mon frère adoré pour reprendre le contrôle de mon corps. Cela tombe bien, je ne sais pas aussi bien me battre que lui et je préfère lui laisser la main. Cela nous laissera plus de chances de nous en sortir sans trop de bobos.

(Edward) Je vais les massacrer ses enfoirés, ils ne méritent pas de vivre après ce qu'ils ont essayé de faire à ma chère soeur jumelle. Cela leur fera passer leurs envies de s'en prendre à une jeune fille si innocente en apparence. La colère fit monter mon taux d'adrénaline, je me saisis donc du plus gros des gars, l'attrapant par le col de son T-shirt. Je tire un coup sec, heureusement qu'Edwina entraîne bien son corps selon mes conseils, parce que sinon, je crois que l'on aurait eu un énorme problème. Il se retrouve face à moi, je lui fout un bon coup de pied dans les parties intimes et après avoir poussé un cri de fillette, il s'est écroulé en se tenant l'entre-jambe. L'autre type n'a même pas fait attention à ce qui était arrivé à son camarade, trop occupé à rouer de coups le type aux cheveux en pointes. Je viens me placer derrière lui silencieux comme une ombre. Je n'ai pas le temps de lui porter un coup, qu'il se tourne vers moi prêt à se servir de moi comme nouveau punching-ball. J'espère que le sauveur va pouvoir me donner un petit coup de main, parce qu'Edwina à beau être en forme, je ne suis pas sûr que son corps tienne encore longtemps comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo

avatar


Messages : 1202
Reds : 312
Date d'inscription : 23/02/2017
Pseudo : Irriskina
Age : 19
Avatar : Raphaël Descraques
Petite photo :

DC : P'tite didille
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Eleveur de chats
Age du personnage : 25 ans


MessageSujet: Re: L'art de se fourrer dans les ennuis. 20.06.17 22:02

Jéremy
Bishop

Edwina
Dester

L'art de se fourrer dans les ennuis
J’ai pas vraiment vu ce que la jeune fille a fait après la chute de son principal agresseur. J’étais relativement occupé par les deux autres bourrins qui, visiblement, se servaient plus de leurs poings que de leurs cervelles. Toujours à terre, il m’était difficile de faire autre chose que de me recroqueviller pour protéger au maximum mon corps. J’avais bon espoir que, au fil de l’entraînement, je pourrais supprimer la gravité pour mon propre corps, mais pour l’instant cela s’avariait assez compliqué. Heureusement pour moi, la demoiselle donna signe de vie de manière assez brillante je trouve, bien que j’eut mal pour lui au vu de l’endroit touché. Mais malheureusement pour moi, l’autre ne me laisse pas de répit et je sens déjà du liquide chaud couler dans ma bouche et sur mon sourcil.
Puis, sans que je comprenne vraiment ce qu’il se passait sur le coup, l’homme s'est arrêté et m’a délaissé. En me levant le plus vite que me permettaient mes blessures, j’ai vu qu’il avait reporté son attention vers la demoiselle. Au moins j’avais retrouvé mon rôle de sauveur ! Mais bon ce n’était quand même pas fini. J’ai tenté le tout pour le tout en utilisant ma tactique personnelle : « l’agrippé de méchant ». Tout en m’assurant qu’un rouleau de corde tombait bien à la verticale sur le premier type qui venait de se relever, je sautais sur le dos du second, lui enserrant les bras avec mes propres bras et mes jambes. Ainsi, il ne pouvait que se débattre sans rien pouvoir faire d’autre. Au bout de quelques pas, l’homme qui ne pouvait plus supporter mon poids est tombé, en faisant bien attention à ce que ce soit moi qui étais contre le sol. Mais je ne lâchais pas.
Toujours en tenant fortement l’homme, je me suis adressé à la jeune fille.
_ Vous… Vous voulez bien appeler la police ? Je pense que nous aurons bien besoin d’eux pour les arrêter…
Je sentis le malfrat se tortiller encore plus dans l’espoir d’échapper à la police. Mais il était plus petit et plus faible que moi. D’ailleurs en y regardant bien, il semblait même plus jeune que moi. Ça me fit beaucoup de peine de voir un si jeune homme tomber dans ces bassesses…
_ Si tu jures sur la tête de ta mère que tu ne feras rien, je te laisserais partir avant l’arrivée des policiers. T’as l’air d’un bon gars…
Même si tu m’as salement tabassé…
_ … et je veux pas que tu finisses en prison pour avoir suivi d’autres imbéciles.

_________________











Je suis le visiteur de tous les mondes, je suis celui qui a des centaines de vie en une seul, je suis celui qui est mort mille fois mais qui as survécu, je suis sens limites.
Je suis un gameur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 362
Reds : 160
Date d'inscription : 27/03/2017
Pseudo : Storiesmania
Age : 19
Avatar : Dianna Agron
Petite photo : Mon frère et moi

Crédit : Pinterest
DC : Peter McCandless
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Photographe
Age du personnage : 30 ans


MessageSujet: Re: L'art de se fourrer dans les ennuis. 03.07.17 20:36

Après que je me soit débarrassé de l'un de ses gugusses, le gars aux cheveux en pointe est heureusement venu à ma rescousse. Le corps de ma petite soeur n'en pouvais plus. Il a plutôt bien géré son coup pour quelqu'un qui ne me semble pas être dans les forces de l'ordre. En parlant de ça, le sauveur me demande justement d'appeler la police. Je me contente de lui faire un signe de tête puis rend le contrôle à Edwina.

Je me saisis de mon téléphone portable puis après avoir retrouvé mon souffle, je compose le numéro de la police et je leur explique sereinement la situation. Ils ne devraient pas tarder à arriver. Je jette un œil à celui qui m'est venu en aide, il a été salement amoché, mais il propose au gars de le laisser partir, en échange d'une promesse de ne plus jamais faire un truc pareil. Je ne pense pas que mon frère aurais été aussi indulgent à sa place, mais je respecte sa grande humanité, même à l'égard des gars les plus pourris de notre planète. Je n'avais pas pris le temps de regarder la gueule de ceux qui s'en étaient pris à nous. Mais, en écoutant les propos de mon sauveur, je remarque qu'il est vraiment plus jeune que nous. Ou pour reprendre les pensées de mon jumeau au même instant:
"Putain ! Mais ce type est largement plus jeune que nous !"
"Oui frérot, c'est bien malheureux qu'à cet âge, il a déjà fait une connerie aussi énorme que celle-là." 
"Penses-tu que l'on doit vraiment lui laisser une chance de partir ?"
"Hum... Je crois qu'il y a une chance infime qu'il ne retombe pas dans ses travers criminels."
" Nous verrons bien. De toute façon c'est toi qui es aux commandes là."
"Oui tu as raison."
"Comme toujours."

Je cesse de converser dans ma tête avec l'esprit de mon frère qui partage mon corps, puis je m'approche du jeune malfrat et je lui dis gentiment:
- Alors tu jures ? Ou bien tu veux subir le même sort que ton ami ?
- Je jure ... Je jure ! Je ne veux pas de coup de pied dans les couilles mademoiselle !
- Fais ce qu'a dis le gars qui te tient. Jure sur la tête de ta mère.
- Je jure sur la tête de ma mère de ne plus jamais commettre d'actes criminels. Je peux partir ?
- Vas-y. Mais je te préviens, si jamais j'apprends que tu as recommencé, tu auras droit à ton coup de pied. Ok ?
- Oui mademoiselle...

Il partit en courant une fois que mon sauveur l'eu lâché, puis je me penche vers le gars aux cheveux en pointes et je lui demande:
- Ça va ? Pas trop de bobos ?
Je lui souris puis avant qu'il ne puisse me répondre, je lui dit:
- Merci d'être venu à mon secours. Je m'appelle Edwina Dester. Et vous ?
 Il ne peut même pas me répondre, que lui tends déjà une main pour l'aider à se relever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo

avatar


Messages : 1202
Reds : 312
Date d'inscription : 23/02/2017
Pseudo : Irriskina
Age : 19
Avatar : Raphaël Descraques
Petite photo :

DC : P'tite didille
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Eleveur de chats
Age du personnage : 25 ans


MessageSujet: Re: L'art de se fourrer dans les ennuis. 22.07.17 22:43

Jéremy
Bishop

Edwina
Dester

L'art de se fourrer dans les ennuis
Quel caractère ! Jeune fille de feu plutôt que jeune fille en détresse oui ! Elle a presque réussi à me faire peur ! En tout cas le gosse, lui, à bel est bien peur !
Je la regarde appeler la police un peu sonné. Je tâte un peu mes membres, dirigeant mon regard vers les assaillants toujours assommés.
Si je résume :
- HAUT DU CORPS -

_ Sang au niveau de la tempe gauche
_ Douleur importante à la mâchoire
_ Torse et ventre très douloureux (sûrement une côte où deux cassés)
_ Articulation des mains en sang
_ Paumes écorchés
_ Avant-bras gauche écorché
_ Bras droit doté d’une belle coupure

- BAS DU CORPS -

_ Genoux écorchés

Ce qui aurait être largement pire. Je prends la main tendue que me propose Edwina. Je me relève non sans difficultés mais en gardant le sourire.
_ Jéremy Bishop, pour vous servir.
Je m’incline légèrement.
_ Pour les bobos…
Je regarde mon corps puis hausse les sourcils.
_ ‘Connus pire !
J’entends alors les sirènes de la police qui arrive. Je me retourne et vois déjà deux agents. Ces derniers ont l’air désespéré à la seconde où ils me voient. Je les connais bien, j’ai déjà eu affaire à eux… ou eux à moi…
_ Encore toi ! Tu…
Puis il regarde mon étant, l’état de la jeune fille et des deux mecs par terre. Il se tourne vers son collègue en se grattant la tête.
_ Bon eh bien, pour une fois, ça n’a pas l’aire d’être pour des conneries…
Son collègue nous regarde et nous demande de raconter ce qu’il s’est passé.
_ Eh bien… J’ai entendu des cris alors que je me baladais…
_ Tu cherchais surtout les embrouilles oui !
Le premier m’a coupé mais alors qu’il allait continuer ces reproches, le deuxième m’a fait signe de continuer.
_ … Et j’ai entendu la demoiselle crier. Il y avait tro… deux hommes qui lui faisaient du mal.
Je jetais un coup d’œil vers la jeune fille pour m’assurer qu’elle ne prenne pas mal le fait que je mentais un peu.
_ Ils avaient déjà heu…
Je montrais le t-shirt à terre. Il était sale et déchiré.
_ Alors j’ai assommé le plus gros. Et la demoiselle m’a aidé pour le deuxième alors qu’il avait décidé de s’attaquer à moi.
Le premier policier hochait la tête quand le deuxième se tournait vers Edwina.
_ C’est bien ça mademoiselle ?

_________________











Je suis le visiteur de tous les mondes, je suis celui qui a des centaines de vie en une seul, je suis celui qui est mort mille fois mais qui as survécu, je suis sens limites.
Je suis un gameur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 362
Reds : 160
Date d'inscription : 27/03/2017
Pseudo : Storiesmania
Age : 19
Avatar : Dianna Agron
Petite photo : Mon frère et moi

Crédit : Pinterest
DC : Peter McCandless
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Photographe
Age du personnage : 30 ans


MessageSujet: Re: L'art de se fourrer dans les ennuis. 04.08.17 13:42

Je souris à mon sauveur, ravie d'avoir fait sa connaissance, je lui dis:
- Heureuse que vous soyez presque en un seul morceau monsieur Bishop. Merci pour votre aide.
Avant qu'il puisse réagir, j'entends les sirènes de la police se rapprocher de nous, puis j'aperçois deux agents. Ils ont l'air de déjà bien connaître celui qui m'a sauvée. Se pourrait-il qu'il sois habitué à ce genre de prouesse depuis un certains temps, il faudra que je lui pose la question lorsque nous serons en privée. Ce n'est qu'en remarquant mon état, celui de nos agresseurs et celui de mon sauveur que je vois que l'homme se gratte la tête en regardant son collègue. C'est clair que je ne les aurais pas appelés pour des conneries, ils ont déjà bien assez de travail sans que des petits cons leur fassent des blagues téléphoniques. L'un des deux agents demande qu'on leur raconte ce qu'il s'est passé et Jéremy se lance dans le récit de nos péripéties. Il est coupé dès la première phrase, ce gars-là n'a pas l'air de le croire, mais heureusement l'autre invite mon sauveur à continuer. Il a failli révéler qu'il y avait quelqu'un d'autre sur les lieux, mais heureusement, il s'est repris à temps. Je frissonne en me remémorant les attentions horribles que les types avaient en tête. Il me jette un coup d'œil, j'avais l'impression qu'il cherchait mon approbation. Je n'ai pas réagi pour être sûre que les policiers ne trouvent pas notre attitude étrange. Il a montré mon T-shirt à terre, il était dans un état pitoyable, puis il a continué en parlant de la façon dont nous avons neutralisé les agresseurs. Le premier flic à être intervenu hoche la tête tandis que le second se tourne vers moi et m'interroge.
- Tout ce qu'il a dit est la pure vérité. Sans lui, je crois que je ne serait même plus là maintenant.

Je suis soudainement prise de vertiges, épuisée par la lutte contre mes assaillants, je perds l'équilibre et je suis rattrapée par un troisième agent arrivé entre-temps. Je ne réalise pas tout de suite qui s'est, mais en entendant sa voix, je sais qu'il s'agit de mon ami Eugène Fontanel:
- Tu vas bien Edwina ?
- J'ai connu pire, merci Eugène.
- Je vais vous conduire tous les deux jusqu'à l'ambulance un peu plus loin dans la ruelle. Ton sauveur et toi vous n'êtes pas en état d'y aller tous seul.
Je regarde derrière lui et remarque en effet que l'ambulance ne peut pas entrer dans la fine ruelle. Mon ami entraîne deux civières avec l'aide de 4 ambulanciers. Il s'approche de ses collègues tout en continuant de me soutenir et il leur dit:
- Les gars, je pense que ce serait bien de poursuivre les questions une fois qu'ils auront reçu des soins. Qu'est-ce que vous en dite ?
Je lance un regard reconnaissant à mon ami puis je dis à Jéremy:
- Qu'est-ce que vous en dites vous ? Je suis sûr que votre famille ne voudrait pas vous voir dans un état pareil lorsque vous rentrerez chez vous.
Je lui souris chaleureusement, attendant sa réponse tout autant que la réaction des deux collègues d'Eugène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo

avatar


Messages : 1202
Reds : 312
Date d'inscription : 23/02/2017
Pseudo : Irriskina
Age : 19
Avatar : Raphaël Descraques
Petite photo :

DC : P'tite didille
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Eleveur de chats
Age du personnage : 25 ans


MessageSujet: Re: L'art de se fourrer dans les ennuis. 25.11.17 22:54

Jéremy
Bishop

Edwina
Dester

L'art de se fourrer dans les ennuis
J’ai eu un coup de stress énorme quand j’ai vu la fille tomber. Mais quelqu’un d’autre avait accourut pour la sauver. Ouf !
C’est là que j’ai appris qu’elle s’appelait Edwina et que je n’étais pas le seul à avoir des connaissances dans la police. Joli prénom Edwina !
Lorsque le troisième policier, un certain Eugène, a sous-entendu que nous puissions être embarqués dans des civières, j’ai tout de suite réagi.
_ Oh là ! Il est pas question que je m’allonge là-dessus ! Je vais très bien ! Quelques pansements et ça ira mieux ! Par contre mademoiselle qui est là, pas le choix, vu ton état tu vas devoir y grimper. Je vous accompagnerais si vous voulez mais je pense que je ne suis pas le seul à être amoché, ceux-là aussi ont le droit à des soins… Même si ce ne sont que des sales cons.
J’ai fait une grimace de dégoût. C’est dur de servir la justice, parce que, de toute manière, la justice prévoit le « bien-être » de tout le monde.
J’ai aidé la demoiselle à s’allonger sur une civière et l’ai suivi vers l’ambulance. Je pensais que le suivi serait surtout psychologique, mais, après tout, je n’étais pas arrivé tout de suite, ils avaient peut-être eu le temps de lui faire du mal.
Avant que l’ambulance démarre, j’ai promis à ce fameux Eugène que nous allions revenir, moi et la demoiselle, pour porter plainte et témoigner. Le deuxième policier, celui qui était de mon côté, à ensuite voulut me prévenir.
_ Il n’est pas impossible que l’un de ces gus, voir tous, aient l’idée saugrenue de porter plainte aussi, pour coups et blessures, et ils n’auront pas tors…
_ Bah! Ne vous inquiétez pas pour ça, j’ai de quoi me défendre !
Puis je suis tranquillement retourné vers la demoiselle.
_ Ça va ? Je pense que ça ne sera pas très long, après je vous raccompagnerais chez vous. Enfin si vous voulez ! Si vous n’avez pas peur que je sois un dangereux criminel !
J’ai conclu ma phrase par un grand sourire et un clin d’œil. Je venais de la sauver, c’était pas pour la mettre en danger tout de suite après !
L’ambulance démarra doucement pour nous conduire à l’hôpital. Avec nous, deux ambulanciers. L’un commençait à ausculpter Mademoiselle Edwina pendant que l’autre regardait mon état.

_________________











Je suis le visiteur de tous les mondes, je suis celui qui a des centaines de vie en une seul, je suis celui qui est mort mille fois mais qui as survécu, je suis sens limites.
Je suis un gameur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: L'art de se fourrer dans les ennuis.

Revenir en haut Aller en bas
L'art de se fourrer dans les ennuis.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ellen Walker vient se fourrer dans vos pattes ~
» Parce que les amis ça sert lorsqu'on a des ennuis [ Wilhelm Murnau ]
» Ryan, ou comment se foutre dans les ennuis en une leçon
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Redioactif :: San Diego :: Downtown :: Autres-