AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Fermeture du forum ! Venez lire le petit mot par ICI ! Merci à tous pour votre participation ♥️

Partagez|

Une douce mélodie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Modo

avatar


Messages : 725
Reds : 259
Date d'inscription : 16/02/2017
Pseudo : Irriskina
Age : 20
Avatar : Solène Rigot
Petite photo :

DC : Jéremy dit gg et le p'tit Tom
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Tueuse à gage
Age du personnage : 18 ans


MessageSujet: Une douce mélodie 24.02.18 13:40

Un soir un peu plus gai que les autres. Il y avait de l’ambiance dans ce petit bar et la lumière m’avait attirée. J’avais été tranquille pendant plus de deux semaines de suite et je me sentais plutôt d’humeur positive. Et puis je n’avais jamais vraiment entendu quelqu’un jouer au piano en vrai, et il y avait écrit en gros sur une pancarte que ce serait le cas ce soir.
Je suis entrée dans le bar et la chaleur ambiante m’a tout de suite détendue. Enfin je suis pas allée jusqu’à sourire non plus, f’aut pas déconner.
Je me suis assise à une toute petite table, une table de poche, dans un coin un peu plus sombre. J’ai commandé un chocolat bien chaud avec des cookies et j’ai attendu que le spectacle commence.
Ma recherche de petit coin sombre m’avait amené vers l’une des tables les plus proches de l’instrument. Personne ne voulait s’y mettre car les gens étaient venus à plusieurs, souvent 4 ou 5.
J’étais donc tranquille et j’ai pu siroter mon chocolat tranquillement en écoutant la musique.
J’ai étais surprise par l’âge du pianiste parce que, mine de rien, j’avais plus souvent vu des vieux messieurs chauves que des fringants jeunes hommes à la chevelure abondante (même s’il restait plus vieux que moi).
Je fus encore plus surprise de la musique qui s’échappais de l’instrument. C’était tellement différent que de l’entendre a travers un écran. J’avais l’impression que les notes raisonnaient en moi et venaient se loger au fond de ma poitrine. C’était magnifique.
J’ai fermé les yeux dès les premières notes et je me suis laissé envahir par la musique, elle m’a bercé comme un enfant et j’us l’impression de partir loin, très loin, dans des bras drapés de rouge, observée par des lèvres tout aussi rouge où étaient accrochés un sourire. Il me semblait presque entendre les paroles lointaines d’une comptine.
J’ai gardé les yeux fermés tout au long de la soirée, tant que l’instrument jouait, je jouais avec lui et je dansais, et je rêvais. J’étais si bien… Comme lorsqu’on rêve.
Et puis, la musique s'est arrêté et les conversations ont repris. Je n’ai pas voulu partir tout de suite. Je me sentais étrange. J’avais l’impression de revenir de tellement loin, j’aurais voulu que ça ne s’arrête pas.
J’ai commandé un autre chocolat puis me suis mise à observer les clients. Je ne me suis rendu compte qu’au bout de quelques minutes que je souriais et il m’a fallu quelques efforts pour arrêter. Mais je continuais quand même à observer. Le musicien parlait à quelques clients, allant de tables en tables en souriant. Il avait l’air heureux.
Une douce mélodie

_________________



Je suis morte et j'ai tué, j'ai vu tuer et mourir, j'ai eu un temps immense pour la douleur et la méditation, ai-je pour autant grandi en force morale ? En discernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 97
Reds : 132
Date d'inscription : 11/02/2018
Avatar : Brendon Urie
Petite photo :

Crédit : Myself
Statut Marital : Divorcé et veuf officieusement
Emploi/Etude : Pianiste dans les bars et intérimaire
Age du personnage : 26ans


MessageSujet: Re: Une douce mélodie 02.03.18 16:02


Une douce mélodie


Jusqu’à présent, Pete pensait qu’il n’y avait que deux catégories de clients : les adultes torchés à la bière et les adultes mélomanes, assoiffés de sons purs qui venaient apaiser ce besoin dans les bars comme celui-ci par exemple. Où quelques musiciens paumés venaient nourrir leur public en même temps de se ressourcer eux-mêmes par la même occasion. Exactement comme l’amish à la crète sagement peignée qui faisait danser ses longues tiges sur les touches noires et blanches depuis une bonne heure ce soir-là.  Dos à quasiment tout le monde, avec ses innombrables tables vides l’entourant, il poursuivait sa soirée, habitué à cette distance. La barrière de la musique, comme il aimait si bien l’appeler avec le barman, essayant de se dissuader des raisons sombres à cette pseudo quarantaine qui le hantaient. Il essayait de l’ignorer, cette voix qui l’avait jugé, qu’il avait fait crier dans différents registres, qui ne cessait de répéter que c’était là sa malédiction : celle de ne pas pouvoir se mélanger aux autres. Celle de ne pas pouvoir revenir en arrière. Celle de devoir rester seul. Echapper à son destin ? Quelle idée. Alors il souriait, rêvait, pendant que la musique se jouait, ignorant la distance entre lui et les autres. Et dès qu’il laissait s’évaporer les dernières vibrations, revenant dans la réalité des castes, Pete avait pris l’habitude se retourner près du bar, de se commander un sirop à l’eau ou un chocolat selon sa gourmandise du soir. Il retentait malgré tout de rompre cette malédiction, enchainant avec la tournée des tables de quelques habitués qui venaient lui offrir une tape amicale dans le dos dès entrée. Mais pas ce soir-là.

Alors qu’il se retournait de son habituel tabouret tournevis, comme il aimait si bien le dire, son pied stoppa son manège pile face à une jeune demoiselle, confortablement installée dans son coin, tout près de lui. Vraiment TOUT PRÊT. Pas besoin de plus pour amadouer le pianiste. Bon, il fallait avouer que sa petite bouille endormie et son sourire ayant l’impression d’avoir été bercée par la plus parfaite des berceuses ne le laissait pas indifférent. Son sourire en fut même attendri, perdant de son intensité mais gagnant en véracité. Il y avait donc une troisième catégorie de clients. Les inédits. Les uniques.

Prenant soin de refermer le piano dans le plus grand silence -comme si un bruit aussi infime pouvait rompre un sommeil survenu entre la musique et les bruits de bar- , le brun s’échappa de sa zone de confort et retourna donc à ses vieilles habitudes, allant satisfaire par sa présence à leurs tables ses quelques fans. Mais entre ces habitués soutenant la barrière de la musique et cette fillette qui l’avait rompu… Et qui venait de se réveiller, plongeant un peu plus dans la mignonnerie avec son nouveau chocolat chaud. Bon, ça rattrapait le sourire qu’elle avait perdu. Et ça, il n’en était pas question. Vers l’inédit et l’au-delà, comme dirait un personnage de dessin animé. Enfin, il n’en était pas sûr des mots exacts mais dans tous les cas, il copia la demoiselle en demandant un chocolat chaud et se rendit à sa table sans hésiter. Ni même sur ses paroles innocentes à ses yeux.

« Et beh, qu’est-ce qu’un bout d’chou comme toi vient faire dans un bar ? »

KoalaVolant

_________________

"Le gras c'est la vie, le gras c'est le goût"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo

avatar


Messages : 725
Reds : 259
Date d'inscription : 16/02/2017
Pseudo : Irriskina
Age : 20
Avatar : Solène Rigot
Petite photo :

DC : Jéremy dit gg et le p'tit Tom
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Tueuse à gage
Age du personnage : 18 ans


MessageSujet: Re: Une douce mélodie 07.03.18 18:14

Je me suis tout de suite redressée quand j’ai sentis que quelqu’un s’approchait de moi. Sans bouger, j’ai regardé la silhouette s’asseoir en face de moi avant de me rendre compte qu’il s’agissait du musicien. Bien qu’un peu surprise pas sa manière de parler et surtout sa manière de me désigner, j’ai décidé de ne pas mettre un terme à la conversation qui commençait à s’engager.
_ J’étais juste curieuse, c’est la première fois que j’entends le son d’un piano en vrai.
J’ai bu une gorgée de mon chocolat. La mousse me chatouillait les lèvres et je dût vite m’essuie avant de paraître ridicule. J’ai ensuite tendu ma main par-dessus la table.
_ Hellen Midway, enchantée.
Et voilà, j’étais dans mon personnage. Hellen Midway était une étudiante à la fac de lettre de la ville, elle avait grandi à San Diego toute sa vie, elle était en couple avec un charmant jeune homme… J’avais son histoire en tête, je pouvais me lancer dans une discussion avec ce monsieur s’il le voulait.
_ Et vous, qu’est-ce qui vous pousse vers une table si éloignée de tous vos fan ? Vous semblez être bien connu.
Je n’avais pas vu de mes yeux les déambulations de l’homme dans la salle, mais j’avais entendu les phrases de félicitations et celles qui, amicales, avaient le son du sourire. Aucune des personnes qui me connaissaient vraiment ne m’avait un jour parlé comme ça, avec ce timbre-là. Mais qu’importe, ce n’étais pas ça qui me préoccupais le plus.
Je me suis recentrée sur la personne en face de moi. Un homme incontestablement plus vieux que moi, mais pas « vieux » dans un terme général. Je n’avais pas avalé de bonbons ce soir-là, je ne pouvais donc pas savoir quels étaient ces sentiments, mais je m’en fichais. Aucune raison d’activer mon redio, nous verrons bien ce qu’il se passera !
Une douce mélodie

_________________



Je suis morte et j'ai tué, j'ai vu tuer et mourir, j'ai eu un temps immense pour la douleur et la méditation, ai-je pour autant grandi en force morale ? En discernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une douce mélodie

Revenir en haut Aller en bas
Une douce mélodie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Douce mélodie des ténèbres.
» °- Je vous invite à écouter une douce mélodie inexistante -° ( Libre )
» Entendez-vous cette douce Mélodie?Non?Et bien tant pis car elle vient de partir...
» DOUCE MÉLODIE : Reine des Flammes, environ 13 lunes.
» Vent calme et mélodie douce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Redioactif :: San Diego :: Downtown :: Gaslamp Quarter-