AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Fermeture du forum ! Venez lire le petit mot par ICI ! Merci à tous pour votre participation ♥️
Le deal à ne pas rater :
Machine à emballer sous-vide à 11,49€
11.49 €
Voir le deal

Partagez

La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

Anonymous




La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty
MessageSujet: La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty27.01.18 14:12

Le dossier posé sur son bureau la laisse perplexe. Elle ne comprend pas vraiment le rapport entre elle, et la société Redioactif, et encore moins le rapport que cette journaliste cherche à établir entre eux. « Elle pense que nous faisons de la contrebande, tu dis ? » Le bras droit d’Helena acquiesce, presque amusé. « Peut-être devrait-elle changer de métier… » La blonde pousse un profond soupire, avant de se relever et de refermer le dossier distraitement. Cette journaliste, Deborah Kingsley, fait particulièrement fausse route. La contrebande d’uredium est un commerce beaucoup trop dangereux, bien que profitable. Mais elle a déjà évalué les risques ; trop élevés. Elle n’a pas construit un empire pour le détruire de ses propres mains, juste par cupidité.

Elle laisse ce trafic là à des personnes qui n’ont rien à perdre, ou qui n’ont pas la jugeote nécessaire pour se rendre compte que c’est une affaire qui les conduira tout droit dans une cellule, avant même qu’ils aient pu réellement faire le moindre profit. Néanmoins, l’idée qu’une journaliste soit remontée jusqu’à elle, quand bien même elle se soit lourdement trompée, a le don d’agacer légèrement la femme d’affaires. « Je veux rencontrer cette femme. » Son ton est glacial. La décision n’est pas discutable, et Thomas en a bien conscience. Il acquiesce, passe les coups de fil qu’il faut passer, et obtient un rendez-vous pour l’après-midi même. « Parfait. » Le mot conclut la conversation. Soigneusement, Helena note l’heure du rendez-vous sur son agenda, pour en garder une trace.

16h30. Assise derrière son bureau, Helena se contente d’attendre. Il était naturellement hors de question que ce soit elle qui se déplace. Elle a fait venir la journaliste au club, terrain qu’elle maîtrise. A vrai dire, elle n’a pas jugé utile de prendre une dose d’uredium ; cette femme n’a rien sur elle, c’est une évidence. Il s’agit juste de s’en assurer avec ce rendez-vous. Enfin, la tête rousse de la fouineuse apparaît dans le champ de vision de la blonde, et c’est un sourire d’une froideur excessive qu’elle lui adresse. « Deborah Kingsley, je suppose ? Assis. » Tout, absolument tout, dans l’habitude, le ton de voix et les mots choisis par Helena, prouve qu’elle se sent supérieure. Ou, tout du moins, qu’elle ne veut pas laisser la journaliste se croire plus maligne qu’elle ne l’est réellement.

« On m’a laissé entendre que vous enquêtiez sur Redioactif. C’est ambitieux, Mme Kingsley. Ambitieux, et probablement dangereux. Etes-vous suicidaire, Deborah ? » S’occupant les doigts en jouant avec un stylo, Helena plante pourtant son regard droit dans celui de la rousse. « Je suppose que vous savez parfaitement pourquoi vous vous trouvez dans mon bureau actuellement ? » Renchérit-elle. Elle serait ravie d’éclairer la lanterne de la jeune femme… et de lui faire comprendre par la même occasion qu’elle a fait le mauvais choix en s’intéressant à ses affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Debbie Kingsley

Debbie Kingsley


Messages : 136
Reds : 109
Date d'inscription : 07/01/2018
Pseudo : Charlie
Avatar : Felicia Day
Petite photo : La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie 058e9b01-121f-44a5-bac4-adfd3e6f8a0d

Crédit : Google
Statut Marital : Divorcée
Emploi/Etude : Rédactrice en chef
Age du personnage : 36


La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty
MessageSujet: Re: La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty28.01.18 12:00


Debbie raccrocha son téléphone et le replaça sur son combiné, songeuse. Elle ne s’était pas vraiment attendue au coup de fil qu’elle venait de recevoir. Une certaine Helena Maggelan qui voulait la rencontrer dans l’après-midi. Bien sûr, la rédactrice en chef connaissait bien ce nom. Et même, très bien. Au cours de ces derniers jours, elle avait fait pas mal de recherches sur elle, persuadée d’être capable de mettre la main sur ce que la jeune femme cachait. Parce qu’elle cachait quelque chose. Son nom circulait fréquemment dans les couloirs du commissariat de police, et ce genre de rumeurs avaient bien du mal à échapper aux oreilles indiscrètes des journalistes du San Diego Times. Il semblerait qu’Helena Maggelan baignait dans des affaires illégales, mais personne n’avait pu prouver quoi que ce soit, et Debbie n’avait eu aucune information sur la nature de ces affaires en question. Ça pouvait être n’importe quoi, et aucun des policiers qu’elle avait interrogés n’avait été capable de lui répondre à ce sujet.

Cependant, elle avait bien une petite idée. Parallèlement, elle avait eu aussi vent d’une sorte de réseau de trafiquants de contrebande d’urediums en ville, et certains faits et dates qu’elle était parvenue à tirer des dossiers d’enquête coïncidaient avec les informations qu’elle avait sur Helena. Ce n’était pas grand-chose, et il n’y avait rien qui pouvait constituer une quelconque preuve, mais pour la rousse, c’était bien assez. Helena devait forcément avoir un lien, de près ou de loin, avec ce genre de trafics. Et tout ce qui touchait au redios, ça intéressait Debbie. C’était la porte ouverte à une énième piste dans ses recherches contre Redioactif. Elle suivait donc les enquêtes sur Helena Maggelan et le trafic d’urediums de très près, malgré l’agacement des policiers face à sa manie de mettre son nez un peu partout.

Elle n’avait pas du tout prévu que la soupçonnée lui propose un rendez-vous. Ce n’était pas le genre d’attitude qu’on pourrait attendre de quelqu’un qui avait des choses à cacher. Quoiqu’il en soit, l’occasion était rêvée. Avec un peu de chance, elle parviendrait à tirer quelque chose d’intéressant de cet entretien.

À l’heure dite, elle était devant le club de striptease, prête à se rendre au bureau d’Helena. Elle glissa un enregistreur vocal dans la poche arrière de son jean et entra. La gérante la reçut en lui offrant l’accueil le moins chaleureux du monde et lui proposa de s’asseoir. Attendez, non. Lui ordonna de s’asseoir. Bien, ça commençait fort. Ce n’était pas vraiment des manières de s’adresser à son invitée, et si elle gardait ce comportement tout du long, Debbie allait finir par être réellement agacée. Enfin, pour le moment, c’était plus utile de garder son calme. Elle préféra donc fixer la blonde du regard d’un air défiant, histoire de lui montrer qu’elle n’était pas intimidée, puis s’assit finalement sans rien dire.

Elle l’écouta lui parler sans la couper. L’entendre prononcer le nom de Deborah lui fit étrange, elle n’était pas vraiment habituée à être nommée ainsi. Non pas que ça lui déplaise, c’était plutôt comme si ça ne lui correspondait pas. Mais elle tenait à sa crédibilité et se garderait bien d’en faire la remarque. Helena avait cet air autoritaire, dangereux. Comme si elle se fichait bien des rumeurs qui couraient sur elle au poste de police et qu’elle s’amusait à les nourrir. Elle n’avait pas du tout la réaction qu’on pourrait attendre de quelqu’un dans ce genre de situation. D’habitude, ils se taisaient, faisaient en sorte qu’on les croit innocents. Helena semblait vouloir jouer le jeu. Mais Debbie n’était pas du genre à se replier face à la menace. Elle garda son calme et répondit finalement :

« Je ne fais que mon métier. C’est mon rôle de creuser dans les affaires louches pour en tirer la vérité et la révéler au public. J’ai accepté les risques en m’engageant dans cette voie. »

Autant qu’elle sache dès maintenant que Debbie n’était pas là pour négocier quoi que ce soit. Si elle apprenait quelque chose au sujet d’Helena, elle se ferait une joie de le rapporter dans un article du San Diego Times. Le chantage et la menace ne fonctionneraient pas sur elle. Elle ne serait pas corrompue, c’était sa règle d’or.

« J’imagine que vous savez que vous faites l’objet de certaines de mes recherches. Mais si vous m’avez fait venir ici pour me dire d’arrêter, je suis désolée de vous apprendre que ça n’arrivera pas. Vous avez quelque chose à cacher, Helena ? »

La question était presque rhétorique, mais Debbie guettait surtout sa réaction. Peu importait qui avait demandé le rendez-vous. C’était toujours elle qui posait les questions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Anonymous




La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty
MessageSujet: Re: La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty28.01.18 13:16

La journaliste semble sûre d’elle. Elle n’a probablement pas conscience des risques qu’elle prend à s’entretenir avec Helena. Ni même des risques qu’elle prend à essayer de se rapprocher du cartel. Sa seule chance, dans cette histoire, est de faire totalement fausse route. Helena veut simplement voir à quel genre de journaliste elle peut bien avoir à faire. Elle ne veut même pas lui faire peur, ce serait se desservir. Elle n’a rien à cacher ; rien, du moins, sur cette histoire de contrebande. La journaliste n’a que du vent en ce qui concerne l'implication du cartel, des raccourcis faits bien trop rapidement. Et si Helena a pu être liée malgré elle à une histoire de contrebande, ce ne sera pas la rouquine qui aura à craindre des représailles. Peut-être est-ce également l’opportunité d’en savoir plus sur certains de ses collaborateurs, après tout ?

Helena est volontairement dure avec la jeune femme qui entre dans son bureau. Elle ne traite pas les personnes comme des animaux, mais elle voulait taquiner, voir les réactions. Dès les premiers échanges de regard, Helena sait qu’elle est en face d’une femme déterminée ; cela n’en rendra l’entretien que plus divertissant. La blonde n’a effectivement pas l’attitude de quelqu’un qui a quelque chose à cacher. C’est un jeu auquel elle a prit l’habitude de jouer, après tout. Et la stupidité de l’accusation rend la chose bien plus simple. Allumant une cigarette, tout en écoutant la journaliste, la proxénète retient un sourire amusé. « Au moins, vous êtes consciente des risques. » claque-t-elle froidement. C’est loin d’être un reproche, elle préfère de loin être face à quelqu’un de lucide. Helena ne la quitte pas des yeux, tout en tirant sur le cancer en tube à intervalles régulières. Et la question à laquelle la blonde s’attendait tombe, la faisant légèrement sourire. Ce n’est pas un sourire chaleureux. C’est à peine un étirement de lèvre, ouvertement amusé. « Je n’ai rien à cacher, Deborah. Vous faites fausse route depuis le début dans vos recherches. J’ai fais les miennes, également. Vous êtes une bonne journaliste. Rédactrice en chef, vous vous impliquez vraiment dans vos enquêtes, vous n’avez définitivement pas volé votre place au sein du San Diego Times. Je respecte ça. »

Helena tire une nouvelle taffe, recrache la fumée distraitement. « J’ignore ce qui vous a permis de me rattacher à une histoire de contrebande d’uredium. Il ne serait pas dans mon intérêt de faire ce genre de chose. Etre inscrite sur liste noire serait très mauvais pour mes affaires, mon Redio est trop précieux pour que je me lance dans quoi que ce soit qui pourrait me le faire perdre. » Elle fait preuve d’une honnêteté à couper le souffle. « Peut-être pourrions-nous avoir une conversation privée ? J’entends par là, sans votre enregistreur. Je ne suis pas contre la prise de notes, mais il est trop facile de déformer des enregistrements. Pourquoi ne pas utiliser l’indémodable carnet de notes, hm ? Je ne dirai rien de plus tant que votre enregistreur ne sera pas éteint et posé sur la table. Vous voulez des réponses, Deborah ? Je suis disposée à vous en donner. Mais je n’ai pas confiance en vous et ma seule condition est d’avoir un droit de regard sur ce que vous prendrez comme notes. Ça me semble honnête, n’est-ce pas ? »

Ni menace, ni demande d’arrêt de l’enquête. Helena n’est pas stupide. Elle sait qu’il faut parfois nourrir le troll pour qu’il nous laisse en paix. Et c’est précisément ce qu’elle veut faire ; nourrir la journaliste. Helena a fait des recherches. Elle peut fournir quelques précieuses informations sur la contrebande d’uredium à Debbie. Un petit gang insignifiant, aucune retombée sur elle et le cartel. Tant que ça peut lui permettre de ne pas avoir une journaliste qui lui colle à la peau, elle n’aura aucun scrupule à balancer un nom. Un nom avec lequel elle n’a aucun lien : voilà la meilleure partie de l’histoire, d’après elle.
Revenir en haut Aller en bas
Debbie Kingsley

Debbie Kingsley


Messages : 136
Reds : 109
Date d'inscription : 07/01/2018
Pseudo : Charlie
Avatar : Felicia Day
Petite photo : La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie 058e9b01-121f-44a5-bac4-adfd3e6f8a0d

Crédit : Google
Statut Marital : Divorcée
Emploi/Etude : Rédactrice en chef
Age du personnage : 36


La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty
MessageSujet: Re: La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty01.02.18 20:55


Debbie s’attendait à ce qu’Helena l’envoie chier. Qu’elle lui dise d’aller se mêler de ses affaires, qu’elle n’avait rien à lui dire. Qu’elle la menace, même, pourquoi pas. Ce ne serait pas la première fois qu’on l’envoie bouler de cette manière. Mais apparemment, elle avait mal cerné son interlocutrice. Son visage restait froid et ne laissait paraitre aucune émotion, mais ce n’était ni par des menaces ni par des insultes qu’elle lui répondit. Au contraire, elle complimenta même son travail, la qualifiant de bonne journaliste. Debbie se laissa sourire, à la fois surprise et flattée, mais se reprit rapidement. Elle ne devait pas être influencée par ces remarques, qui avaient été probablement formulées dans le but de l’adoucir et se la mettre dans la poche plus aisément. Elle reprit donc un visage neutre et continua de fixer la blonde dans les yeux sans rien dire, attendant la suite.

Sa réponse fut catégorique. Elle niait tout lien avec un quelconque gang de contrebandiers, affirmant avoir plus à y perdre qu’à y gagner. La journaliste voulait bien la croire, mais tant qu’elle n’aurait aucune preuve de l’innocence de la jeune femme, elle ne baisserait pas simplement les bras. Helena paraissait sincère, mais certaines personnes avaient un réel don pour mentir sans ciller. Elle ne se fierait donc pas uniquement à son discours. D’un autre côté, il n’y avait pas non plus de preuves pour l’inculper, et si la journaliste gardait un sens critique envers les affirmations de la blonde, elle se devait aussi d’en garder un envers les rumeurs qui circulaient au commissariat. Pour autant qu’elle en savait, Helena pouvait très bien être une simple civile propriétaire d’un club de striptease comme elle le prétendait, et tant qu’il n’y avait pas de preuve indiscutable du contraire, Debbie gardait un esprit ouvert à tout retournement de situation.

Helena décida ensuite qu’elle ne lui dirait rien de plus tant que l’enregistreur vocal ne serait pas éteint. La rousse n’hésita pas longtemps. Elle avait toujours préféré enregistrer une conversation professionnelle plutôt que de prendre des notes, parce que c’était un bon moyen d’être sûre qu’elle n’oubliait aucun détail au moment de rédiger ses articles, mais elle comprenait la méfiance de la jeune femme, tout comme celle qu’avaient eu de nombreuses personnes interrogées avant elle. Ce n’était pas la première fois qu’on lui demandait de couper son appareil, et ce n’était pas non plus la première fois qu’elle acceptait de le faire. Du moment qu’on lui laissait garder une trace écrite de l’entretien. Elle hocha donc la tête, sortit son enregistreur de sa poche, appuya sur le bouton off et le reposa sur le bureau. Le voyant de l’appareil s’éteignit aussitôt, signe qu’il était bien hors-tension et qu’elle n’avait pas tenté une feinte quelconque. Elle attrapa ensuite son sac, en sortit son bloc-notes et un stylo qu’elle posa sur la table devant elle et reporta son attention sur la fumeuse :

« Très bien. Je vous écoute. »

Debbie était très intéressée par ce qu’Helena avait à lui dire. Elle ne doutait pas qu’elle ait quelques informations à lui donner sur ce trafic d’urediums dont elle était accusée. Bien sûr, cela ne voulait pas dire qu’elle tiendrait pour vrai tout ce que la blonde lui dirait, elle était plus maligne que ça et n’accordait pas une grande confiance envers la propriétaire du club. Mais cela pourrait servir de base pour de futures recherches qui confirmeraient ou non la véracité de ses propos. Dans tous les cas, la journaliste était très attentive à ce qui allait suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty
MessageSujet: Re: La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie Empty

Revenir en haut Aller en bas
La témérité et la folie sont cousines, mais l'une est plus dangereuse que l'autre. ▬ ft. Debbie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Le Retour des bidasses en folie [DVDRiP]
» [UploadHero] La Folie des grandeurs [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Redioactif :: San Diego :: Downtown :: Autres-