AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Fermeture du forum ! Venez lire le petit mot par ICI ! Merci à tous pour votre participation ♥️
Le Deal du moment : -20%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
39.99 €

Partagez

La Belle, la Crête et la Commode

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Pete Warren

Pete Warren


Messages : 97
Reds : 132
Date d'inscription : 11/02/2018
Avatar : Brendon Urie
Petite photo : La Belle, la Crête et la Commode Giphy

Crédit : Myself
Statut Marital : Divorcé et veuf officieusement
Emploi/Etude : Pianiste dans les bars et intérimaire
Age du personnage : 26ans


La Belle, la Crête et la Commode Empty
MessageSujet: La Belle, la Crête et la Commode La Belle, la Crête et la Commode Empty20.03.18 9:17


La Belle, la Crête et la Commode


Encore une soirée à jouer, à se la couler douce, à faire danser ses doigts sur les touches d’ivoires, négligemment. Il avait une certaine fougue pour cette soirée, presque trop pour rester « bêtement » les fesses collées sur le tabouret du piano. C’en était presque un affront de penser ainsi, mais, hé ! Peut-être qu’ENFIN, Pete passait à autre chose et commençait à trouver ses soirées pianos trop répétitives ? Peut-être que doucement, il se détachait de l’image de son cher Tony, jouant ses morceaux non plus pour sa mémoire, mais par simple automatisme et par simple devoir ? Gagner de l’argent sur son souvenir n’était-il pas néfaste, finalement ? Oui, ce soir, Pete était à la fois trop en forme pour pianoter, et à la fois dégouté de lier son ancien amant à cette activité lucrative, comme si finalement, il en profitait, crachant sur sa mémoire. Il avait un surplus d’énergie à dépenser mais avec des pensées bien négatives. Bon sang, honte à lui. Pourquoi était-il si compliqué dans sa tête ?

Ses idées noires l’amenèrent à prendre une pause un peu plus tard dans la soirée. Il se sentait de mauvaise qualité ce soir-là, comme s’il manquait encore plus de respect au propriétaire de ses partitions enregistrées mentalement. Il ne les retranscrivait que grossièrement, plus que d’habitude encore, bien qu’en général, ça donnait de jolis morceaux finalement. Mais ce soir, ç’en était une honte pour ses oreilles et pour ses mimines. Sa mâchoire était crispée du début de son jeu musical jusqu’à… Maintenant encore. Sur un tabouret inédit, celui collé au bar. Il se sentait mal, enfermé, peut-être lui serait-il préférable de prendre l’air. Mais pour quoi faire ? Pour aller où ? L’idée ne lui était pas venue de lui, mais bien du barman qui, à force de voir le sourire de Pete, fut choqué de ne pas le voir accroché à son visage. La possibilité de partir de l’endroit et de rentrer chez lui fut proposé donc par le patron, mais le pianiste refusa. Il évita de s’apitoyer sur son sort et de lui dire que rentrer chez lui et dans la solitude ne le ferait que plonger un peu plus. Il n’aimait pas montrer qu’il allait mal. Il expliqua juste donc avec un sourire forcé qu’il était quelque peu fatigué de sa journée, rien de plus. Même si c’était faux et bien plus compliqué qu’un petit « coup de mou ».

Dans sa tête, tout était noir. Ses pensées. Ses envies. Ses yeux reflétaient parfaitement ça, fixant les piliers de boire commander, boire, commander, boire et encore commander et boire. Fixant leurs boissons. La dernière fois qu’il s’était senti aussi perdu… Non, les deux dernières fois qu’il s’était senti aussi perdu, était la veille et le lendemain du décès de Tony. Et les deux fois, l’alcool s’en était mêlé. Dans ce genre de moment de doute et d’envie de rechute, de faiblesse, Pete avait l’habitude de serrer fièrement son jeton des Alcooliques Anonymes, comme pour se donner la force de poursuivre sa sobriété. Six mois déjà. Il avait hâte d’avoir son prochain jeton, celui des 10mois. Mais comme par hasard, quand il le chercha dans son pantalon de costume noir, Pete se retrouva seul, son acolyte étant certainement en train de faire des tours de manège dans le tambour de sa machine à laver.

« Aller, un petit remontant te fera du bien ! » qu’il balança le maudit barman, ajoutant le geste à la parole, faisant apparaître un verre de whisky jaunatre sous le regard perdu de Pete. Le pauvre, il ne le savait pas, l’amish ne pouvait pas lui en vouloir. Il n’arriva même pas à le refuser, lâchant juste un remerciement sobre pendant que le patron retournait à ses tâches. Le regard sombre de Pete se perdit dans la couleur du faux jus de pomme avant de prendre le verre en main, faisant tournoyer ce qu’il appelait intimement le liquide du diable, ou du désespoir. Pour l’instant, il ne faisait qu’observer sa robe. Pesant le pour et le contre. Pesant sa force mentale et sa faiblesse du passé. Pesant le poids du démon qui allait certainement s’inviter sur son épaule, lui chuchotant de commander un autre de ce doux breuvage dès lors qu’il en aurait terminé avec ce premier verre.

« Pitié… » chuchota l’amish, collant son front contre le bas du verre, soupirant, ne profitant pour l’instant que de la fraicheur du liquide. Il croyait aux signes, et là, honnêtement, ça puait, comme si Dame Faiblesse se rapprochait de lui, commençant doucement à effleurer sa crête brune, ricanant à la fois avec chaleur et moquerie.

KoalaVolant

_________________

"Le gras c'est la vie, le gras c'est le goût"
Revenir en haut Aller en bas
Isaia Ortonoves

Isaia Ortonoves


Messages : 1146
Reds : 455
Date d'inscription : 20/06/2017
Pseudo : LittleWinter
Avatar : Oktyabrina Maximova
Crédit : Le grand Internet et surtout Lysander pour le portrait de Commode
DC : Aleksander F. Hellague
Statut Marital : Célibataire
Emploi/Etude : Aujourd'hui elle gère encore une épicerie. Mais on en reparle quand l'épicier trouvera la caisse, seule et vivante...
Age du personnage : 23 ans


La Belle, la Crête et la Commode Empty
MessageSujet: Re: La Belle, la Crête et la Commode La Belle, la Crête et la Commode Empty30.03.18 21:33

La Belle, la Crête et la Commode- Scène 2 -

Isaia Ortonoves

Pete Warren

J’avais croisé plusieurs fois Pete chez Jérémy et il m’avait promis de m’aider à chercher Commode un de ces jours : c’était quelqu’un de gentil, et cela rayonnait sur son visage avant même qu’on ne le rencontre. Il avait aussi plusieurs fois raconté qu’il jouait du piano dans certains bars, et j’avais trouvé ça tout à fait sympathique que d’aller l’écouter… Je m’étais donc retrouvé à quinze heures de l’après-midi environ - ce qui était bien trop tôt - à commander un chocolat chaud. Des petits nuages tout doux avaient d’abord voleté dans les airs, créant une petite brise chocolatée, avant que le froid ne rattrape une grande partie du bonheur liquide qui continuait ses tours de manèges plusieurs heures plus tard. Il avait continué et à tourner, tourner, tourner, et à valser, valser, valser, jusqu’à ce que les doigts de Pete arrêtent de frapper avec magie les touches musicales du piano.

J’avalai la dernière gorgée de chocolat chaud avant de me diriger vers le piano : Pete méritait des félicitations - et sûrement un câlin s’il voulait bien ! – et pour cela, je devais me rapprocher de l’immense boite à musique. Pourtant, je le vis fuir vers le bar en laissant pauvrement tomber une sorte de petite pièce ronde ; et ma petite voix me disait qu’elle avait quelque chose de magique !
L’attrapant au passage, je laissais mes pieds se diriger vers le bar pour rejoindre Pete : il n’allait pas échapper à ses félicitations si facilement !

S’approcher du bar signifiait voir le verre qu’il tenait bizarrement : celui-ci semblait prêt à partir en courant vers des horizons plus bas ; et heureusement que je ne l’avais jamais touché car sûrement qu’il l’aurait fait sinon…
Prenant garde à utiliser ma main gantée, j’attrapa le verre en question :

- Il veut partir en courant lui, il faut mieux les tenir que ça les verres ! C’est des fuyards, tu sais…

En profitant pour m’assoir sur le siège d’à côté, je posa le verre sur le bar :

- C’était génial ce que tu as fait ! Tu vas encore jouer ? Sinon, on pourrait aller chercher Commode, tu l’as promis…

C’était une voix un peu brisée de petite fille toute triste qui avait fini la phrase… Mais en même temps, et ce malgré l’heure qui semblait plus laisser place à la nuit qu’au jour, c’était vrai qu’il l’avait promis…


_________________
La Belle, la Crête et la Commode Signat10
Revenir en haut Aller en bas
La Belle, la Crête et la Commode
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [UploadHero] La Belle et la Bête [DVDRiP]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» L'Orchidée ensanglantée [Hentaï ?] [PV Gakupo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Redioactif :: San Diego :: Downtown :: Autres-